Hôpital psychiatrique | Montéléger

Hôpital psychiatrique | Montéléger
Hôpital psychiatrique | Montéléger
Hôpital psychiatrique | Montéléger
Hôpital psychiatrique | Montéléger

Hôpital psychiatrique | Montéléger

Informations du projet

Équipe : AAGROUP | Consectetur elit | Adipiscing de eiusmod | Consectetur elit

Type : Équipement | Coût : XX XXX XXX € | Surface : XXX m2

Date : 2017

Description du projet

Le projet se décompose en deux parties : une nappe horizontale de
4 unités de psychiatrie générale en rez de chaussée, et des locaux
ouverts au public (accueil, administration, locaux communs au rez
de chaussée, consultations, PC médicaux, resocialisation au premier
étage, locaux du
personnel au deuxième) sur trois niveaux qui s’ouvrent généreusement sur le mail piéton.
La morphologie de chacune de ces deux parties reflète leur rapport au monde tout en s’inscrivant dans une continuité urbaine propre à chacune. La façade « publique » de l’établissement s’aligne sur le mail piéton. Son gabarit se calque sur celui des immeubles d’en face. Une esplanade couverte prolonge les locaux et accueille des activités s’adressant à tous. C’est une passerelle entre l’hôpital et la ville qui montre l’ouverture de l’un sur l’autre. Elle évite l’isolement des patients et contribue à l’acceptation
de la maladie mentale par le public.
Chaque façade a ses accès adaptés à la morphologie de l’espace public qu’elle borde : piéton sur le mail, visiteurs et personnel rue Becquerel, logistique rue Einstein, aucun rue Langevin. Le bâtiment s’adapte à son contexte et renforce ses caractéristiques.
L’étalement du projet au sol rendu nécessaire par l’organisation architecturale spécifique à la psychiatrie, affiche la richesse des espaces à l’extérieur et différencie l’image d’un établissement psychiatrique de celle d’un bâtiment hospitalier.Le long du mail piéton, un volume précieux et élégant marqueté de bois et de zinc repose sur des « boites » noires et blanches. Il donne une image éloignée de celle des établissements psychiatriques inscrite dans l’imaginaire collectif, façon de rendre cette discipline plus « fréquentable ».